Du 05 décembre au 13 novembre 2017

Lieu : Maison des Poètes et des écrivains

Adresse :5 Rue du Pelicot, 35400 Saint-Malo


Les  vies  plurielles de Sophie Le Bourva :

Graveur, Sophie Le Bourva mène plusieurs vies à la fois :

Dans l’une, elle est ingénieur, elle a travaillé pendant plusieurs années en collaboration avec la célèbre architecte Zaha Hadid à Londres et est également chef de projet du Centre Pompidou Metz. Elle a fait ses études d’ingénieur à l’Ecole Polytechnique, et à l’Ecole Nationale des Ponts et  Chaussées.

Et dans une autre vie, elle est donc graveur.

Elle pratique la gravure depuis plus de 30 ans, principalement à Morley College (sous la direction  de Mark Balakjian et Dorothea Wight, les imprimeurs de Lucian Freud) et à  Slaughterhaus avec Michelle Avison, à Londres et à l’atelier Tugdual avec Tugdual Jegou à Cancale.

Elle utilise de multiples  techniques traditionnelles de la gravure (eau-forte, vernis mou, crayon lithographie, aquatinte, carborandum ainsi que lino à la soude).

Dans une troisième vie, elle est globe-trotteur et voyage notamment vers l’Asie (Taîwan, Japon, VietNam), les USA et l’Europe au sens large.

Chaque vie  a sa propre dynamique et son rythme. Les priorités et les inspirations  s’entrecroisent  mais font  toutes parties d’un équilibre global. La gravure occupe une place  très importante dans sa vie car elle lui offre un espace de création et d’improvisation individuelle qui contrebalance un travail plus structuré en ingénierie.

L’exposition :

L’exposition s’articule autour de 3 thèmes qui l’intéressent.

Dans la plus grande salle seront présentées une série de paysages, pour la majorité inspirés de la baie du Mont Saint Michel. Cette série s’est développée sur une longue période de presque 10 ans, lors de ses visites annuelles à l’atelier Tugdual.

L’étage intermédiaire regroupera un ensemble  de ses « grotesques,» ses monstres inspirés de la sculpture médiévale ou plus ancienne encore. Modillons* romans, masques africains et japonais, crânes fossiles, figures de proue, miséricordes* se mélangent dans une collection qui s’est construite au fur et  mesure de ses voyages et découvertes. Il lui arrive aussi de les rencontrer  sur des arbres comme celui inspiré par un tronc au Mont Dol.

Au dernier étage, une sélection de gravures plus petites autour du thème des samares,* sera présentée dans une vitrine plus intimiste. Délicats symboles de la vie et des saisons, elles ont été ramassées le long des chemins et des rues sur deux automnes. Cette petite collection l’a aussi   inspiré pour la réalisation de quelques livres d’artistes qui seront présentés pour la première fois à Saint-Malo.

(*Modillon en architecture: ornement saillant et répété sous une corniche, *Miséricorde: petite console fixée à la partie inférieure du siège pliant d’une stalle de chœur, *Samares: graine ailée d’érables)

 

Localisation

Partager cette page sur :