Solidarité,  Vie locale

Publié le mercredi 21 février 2018

« La ville de Saint-Malo veut ainsi s’inscrire dans un élan de solidarité nationale, a souligné le maire, Claude Renoult, en préambule de la conférence de presse qui s’est tenue ce mercredi 21 février. Avec cet immeuble d’Émeraude Habitation qui vient de se libérer, nous avons l’opportunité d’accueillir ces personnes dans des conditions très satisfaisantes ».

Une démarche saluée par Christophe Mirmand, préfet de la Région Bretagne. « Ces migrants entrent dans un dispositif qui a fait ses preuves notamment à Cancale, à Beaucé ou à Rennes, des centres qui n’ont connu aucun incident ». Pendant toute la durée de leur séjour malouin, ces personnes seront suivies par un comité de pilotage sous l’égide du sous-préfet. La gestion des 50 adultes, des hommes uniquement, est confiée 24h sur 24 et 7 jours sur 7 à COALLIA. Missionnée par l’état, l’organisme spécialisé dans l’hébergement social et le logement accompagné va prendre en charge l’installation et la vie quotidienne des migrants. « Ce sont des logements appartenant à Émeraude Habitation, précise Claude Renoult, et je vais proposer au conseil d’administration du bailleur social que cette occupation soit gratuite. Les charges de fonctionnement (chauffage, fluides…) étant prises en charge par l’État ».

Chaque migrant (dont on ne connaît pas encore la nationalité) résidera dans le centre d’accueil malouin, entre quelques jours et quelques mois, le temps que les dossiers soient traités individuellement afin de déterminer s’ils relèvent du droit d’asile ou d’autres dispositifs.
Le Centre d’Action Sociale de Saint-Malo se chargera de fédérer et d’aiguiller les associations qui souhaitent s’investir dans l’aide de ces personnes.

De gauche à droite (en haut) : François-Claude Plaisant, sous-préfet, Nathalie Levillain, adjointe au maire chargée des affaires sociales et Claire Pinel, conseillère municipale. (En bas) : Christophe Mirmand, Préfet de la Région Bretagne, Claude Renoult, maire de Saint-Malo et Youné Novamani, directeur opérationnel ouest COALLIA.

 

La ville souhaite acquérir l’ancien siège de la DDTM (Direction Départementale des Territoires et de la Mer) situé intra-muros (dans lequel il avait été envisagé d’installer le centre d’accueil pour migrants).  Situé près des remparts et de la plage de Bon-Secours, à l’angle des rues de la Crosse et de la Pie-qui-Boit, l’immeuble pourra accueillir 10 logements sociaux, gérés par Émeraude Habitation.

 

Partager cette page sur :