Urbanisme

Publié le mardi 13 juin 2017

VERS UNE NOUVELLE CENTRALITÉ

On connaît les enjeux motivants : Saint-Malo doit amplifier sa pression en faveur de la démographie, pour construire 5 à 600 logements par an et continuer à attirer de nouveaux Malouins grâce à sa qualité de vie, son dynamisme économique, sa vivacité événementielle, ses atouts en recherche et formation… Et maîtriser le développement équilibré de son territoire. Cet urbanisme déterminé est le principe nodal du Plan Urbain Stratégique Saint-Malo 2030 qui s’illustre, aujourd’hui, entre autres et magnifiquement, par Le Sémaphore.
En cohérence avec ce PUS et en totale continuité avec ce qui a été entrepris depuis 2001, le projet Lamotte/Sacib manifeste clairement le choix d’une nouvelle centralité : le quartier Gare-Rocabey.

©Ville de Saint-Malo – a/LTA – Splann – Laporte

En ce secteur, la ville se construit, s’ouvre et se rassemble : 320 logements ont déjà accompagné le déplacement de la nouvelle gare, l’avènement de La Grande Passerelle et du pole intermodal de transports ; l’axe Anita Conti relie maintenant Marville et les Talards ; le nouveau site de commémoration unique sera bientôt inauguré ; un nouveau projet mixte et très soigné, avec salle multifonctions intégrée, va revivifier l’espace de l’ancienne maison des associations, face aux halles et à la maison de la famille…
D’autres projets, d’autres appels d’offres sont lancés – le Musée maritime, par exemple, mais aussi le secteur Alsace/Poitou – qui amplifieront la centralité du
secteur Gare-Rocabey où seul restait à urbaniser cet îlot 9 qui va devenir le marqueur fort d’un renouveau urbain.… Avec Le Sémaphore, la ville persiste et signe ses ambitions.

UNE ARCHITECTURE SIGNATURE

À emplacement stratégique, appel d’offres exceptionnel : Le Sémaphore est également né d’un cahier des charges ambitieux, quelque peu libéré des contraintes habituelles.
L’intra-muros a ses remparts et la flèche de sa cathédrale ; Saint-Servan, sa mairie ; Solidor, sa tour ; Paramé, son église… Il fallait à cette nouvelle centralité qu’est le secteur Gare-Rocabey une réalisation qui puisse manifester son importance, signer son identité, et marquer l’arrivée à Saint-Malo pour les usagers du TGV…
Pour autant, le geste architectural se devait d’être respectueux de l’histoire dans laquelle il s’insèrerait et de l’environnement urbain dans lequel il s’intègrerait…
Le Sémaphore est la réponse que la ville appelait de ses vœux et que le quartier méritait. Modeste par ses dimensions, audacieuse et équilibrée par sa
conception, la proposition du lauréat s’élève, non comme une architecture monolithique, mais comme un jardin vertical qui réintroduit de la nature au cœur de la cité, imposant dès la livraison de l’ouvrage une végétation haute et développée.

©Ville de Saint-Malo – a/LTA – Splann – Laporte
Ce geste architectural audacieux, car il joue sur des modules en décalage, est tout autant équilibré, puisqu’il s’appuie sur un socle intégré au bâti environnant.
L’intelligence de ce Sémaphore est dans l’équilibre de l’ensemble.
Un ensemble audacieux et discret, qui se sert de quelques éléments empruntés à l’histoire malouine : grâce aux piliers et poutrelles d’acier qui figurent un M inversé et rappellent l’ossature du pont roulant du 19e siècle, la ligne de chemin de fer marchandises est conservée et intégrée dans le projet.
Ainsi, la modernité fait signature et passerelle entre passé et présent, et ce volume de transparences s’élève dans le ciel malouin sans arrêter le regard ou barrer l’horizon.

ENTRE FONCTIONS ET INNOVATIONS

En chiffres, Le Sémaphore, ce sont :

  • 2500m2 de superficie de terrain
  • 740m2 de commerces au rez-de-chaussée
  • 1800m2 d’activités et de services
  • 240m2 d’espaces partagés et un jardin suspendu
  • 65 logements dont 8 maisons
  • 25% de logements en accession abordable (TVA à 5,5%)

Le Sémaphore vu du Pôle culturel. ©Ville de Saint-Malo – a/LTA – Splann – Laporte

Selon la volonté de la ville, Le Sémaphore permet une mixité de fonctions et d’habitats, tout en étant également exemplaire en innovations sociales et en labellisation. Ainsi Le Sémaphore est–il aux normes les plus exigeantes en matière de développement durable et d’économie d’énergie : label Bepos Effinergie 2013. Sa conception en fait une réalisation emblématique de la volonté de mixité portée par la ville. Mixité des usages ou des fonctions : habitat et commerce, bureaux, services et loisirs, activités partagées et liens sociaux y font bon ménage.
Mixité des types d’habitat et d’accession : logements de différentes tailles, en collectif ou en maison individuelle.
Mixité du classique et de l’innovation : ce projet phare intègre des espaces partagés, donc des usages nouveaux comme le jardinage, le bricolage, le sport ; une micro-crèche ; un appartement d’appoint ; un espace de co-working aux niveaux bureaux…
…Le Sémaphore est porteur de messages assumés et d’ambitions adaptées au monde qui vient et est déjà le nôtre.

Démarrage prévisionnel des travaux : 3e trimestre 2018
Livraison prévisionnelle : 1er trimestre 2021

 

 

Localisation

Partager cette page sur :