Environnement

Publié le vendredi 13 avril 2018

La Ville de Saint-Malo s’est donné pour but de réduire la dépendance énergétique de la collectivité sur son patrimoine, en diminuant d’une part les consommations énergétiques (gaz et électricité) et en augmentant d’autre part le recours aux énergies renouvelables. L’objectif : une réduction de 20% de ses émissions à horizon 2020. Plusieurs projets de déploiement d’énergies renouvelables sur le patrimoine communal se sont ainsi concrétisés ces dernières années.
Dans le cadre du renouvellement de son marché d’exploitation du chauffage avec Engie Cofely en 2016, la Ville de Saint- Malo a décidé d’installer une chaudière bois déchiqueté et un réseau de chaleur bois sur le groupe scolaire de Bellevue, en mobilisant la filière bois locale.

90% des besoins Ainsi, les deux écoles et le restaurant, mais aussi la salle de musculation et la salle de sports rénovée, tous ces équipements publics sont désormais chauffés, suivant un réseau totalement refait, par une chaudière centrale au bois, complémentée par la chaudière gaz qui n’est utilisée qu’en appoint ou en secours.
La chaudière bois, qui assure 90 % des besoins, est alimentée en broyats de bois issus de la filière bois locale, SCIC Energies Renouvelables du Pays de Rance. C’est d’ailleurs l’existence, l’audit et l’appel à cette source d’approvisionnement, de transformation, de séchage / stockage et de distribution qui ont enclin la municipalité à solliciter le financement de cette chaudière performante par subventions de la Région et de l’Europe (FEDER), en complément des 20 %
minimum pris en charge par la Ville. Le coût total de cette opération est de 300 000 € HT.

L’intérêt de l’implantation d’une solution « bois » sur ce site

  • La proximité des cinq équipements ;
  • L’espace suffisant pour accueillir la chaufferie bois et permettre la livraison de la fourniture par des camions par un accès complètement indépendant du
    fonctionnement de l’école ;
  • La présence de deux écoles permettant une sensibilisation du jeune public et des familles au développement des énergies renouvelables.

Par rapport à une solution de référence « gaz », ce projet de chaufferie bois répond aux trois piliers du développement durable

Intérêt environnemental :

  • Lutte contre le changement climatique en réduisant les émissions de GES via le moindre recours aux énergies fossiles
  • Développement de la ressource contribuant à la préservation de l’environnement (maintien de la biodiversité, amélioration de la qualité de l’eau, lutte contre l’érosion des sols…)
  • Approvisionnement en bois local donc moins de transport par camions pour la livraison

Intérêt économique :

Affranchissement des augmentations du coût des énergies fossiles

Contribution au développement d’une filière bois locale, la valorisation du bois énergie appelant des
actions de coupe, de transformation ou de conditionnement à même de dynamiser l’emploi local

Intérêts sociaux

Appui sur une Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC Energies Renouvelables Pays de Rance) qui réalise et s’implique dans des actions de sensibilisation (école et familles) et mobilise des chantiers d’insertion.

Caractéristiques techniques du projet

  • Consommation: 350 MWh utile pour unesurface de 4737 m2.
  • 1 chaufferie et 3 sous-stations
  • Bois majoritaire (90% minimum) et gaz en
    appoint et secours (10%)
  • Projet 27 TEP sortie chaudière
  • Chaudière bois à plaquettes d’une puissance de 150 kW et ses équipements connexes d’extraction bois et de décendrage
  • Production thermique bois : 315 MWh utile
  • Silo semi-enterré d’environ 32 m3 (4mx4mx2m) accolé à la chaufferie
  • Plaquette bois déchiqueté, fournie par filière bois locale (SCIC Energies Renouvelables du Pays de Dinan).
  • Estimation: 137 tonnes de plaquettes / an, autonomie de 4 jours.
  • Longueur totale du réseau enterré environ 130 mètres de tranchées.

Localisation

Partager cette page sur :